dureté


dureté

dureté [ dyrte ] n. f.
XIIIe; de dur
Caractère de ce qui est dur.
1Propriété de ce qui résiste à la pression, au toucher; de ce qui ne se laisse pas entamer facilement. Dureté du verre, du marbre, du diamant. Degré de dureté d'une substance. consistance.
Phys. Résistance d'un solide à la pénétration. Échelle de dureté de Mohs (10 degrés).
Dureté d'un lit. « La dureté de la barbe s'allie à l'idée de force » (Romains) . Dureté d'une brosse. rigidité.
Fig. Dureté de l'eau : qualité de l'eau qui renferme certains sels (sulfate de calcium, chlorure de magnésium...) et ne produit pas de mousse avec le savon ( hydrotimétrie) . Dureté temporaire (bicarbonates), permanente (sulfates).
2Défaut d'harmonie, de douceur. Dureté d'un climat. « La dureté des saisons terrasse les corps que la maladie rend incapables de lutter » (Proust). inclémence, rigueur, rudesse. Dureté des traits du visage. Dureté du contour, du tracé d'un dessin. Dureté du toucher d'un pianiste.
3Caractère de ce qui est pénible à supporter. La dureté des temps. Dureté d'une condition. Excessive dureté d'un châtiment. sévérité.
4(Personnes) Manque de sensibilité, de cœur; caractère ou comportement dur (I, 4o). insensibilité, sécheresse. Dureté d'un père pour ses fils. Traiter qqn avec dureté, malmener, maltraiter, rudoyer. Repousser qqn avec dureté. brutalité, rudesse. Répondre avec dureté. durement. « Il était rebuté par la dureté, la sécheresse, l'égoïsme de ces âmes d'intellectuels » (R. Rolland). « Elle avait beau paraître impérieuse, effrayer son mari par sa dureté, elle était faible » (Green).
Par ext. Dureté d'âme, de cœur. Dureté du regard, de l'expression.
5Vx Plur. Action, parole pleine de dureté. méchanceté. « Je tombe des nues quand vous m'écrivez que je vous ai dit des duretés » (Voltaire).
⊗ CONTR. Mollesse. Douceur. Aménité, cœur, gentillesse, indulgence, sensibilité, tendresse.

dureté nom féminin Caractère de ce qui est dur, de ce qui résiste au choc, à la pression ; résistance : La dureté du marbre. Caractère de ce qui est pénible à supporter ; rudesse : La dureté du climat. Caractère sévère de quelqu'un, d'un comportement ; manque de sensibilité : Traiter quelqu'un avec dureté. Défaut d'harmonie, de moelleux, de douceur : La dureté d'une opposition de couleurs. Caractère intransigeant d'une action : La dureté d'une grève. Teneur d'une eau en ions calcium et magnésium. Degré de résistance d'un matériau à la pénétration par un autre matériau. ● dureté (citations) nom féminin Pierre Corneille Rouen 1606-Paris 1684 Un peu de dureté sied bien aux grandes âmes. Suréna, V, 3, Suréna André Pieyre de Mandiargues Paris 1909-Paris 1991 L'homme ne sait pas se faire absolument dur, et son gel demeure toujours imparfait quand il s'y mêle une paille de tendresse. Dans les années sordides Gallimarddureté (expressions) nom féminin Clause de dureté, clause invoquée par l'époux défendeur à une demande en divorce fondée sur la séparation de fait depuis plus de 6 ans ou sur l'altération des facultés mentales. (Elle permet au juge de rejeter cette demande si la rupture du lien conjugal devait avoir, soit pour le défendeur, soit pour les enfants, des conséquences matérielles ou morales d'une exceptionnelle dureté.) ● dureté (synonymes) nom féminin Caractère de ce qui est dur, de ce qui résiste...
Synonymes :
- rigidité
Contraires :
Caractère de ce qui est pénible à supporter ; rudesse
Synonymes :
- âpreté
Contraires :
- clémence
Caractère sévère de quelqu'un, d'un comportement ; manque de sensibilité
Synonymes :
- cruauté
- inhumanité
- insensibilité
- sécheresse
- sévérité
Contraires :
- bonté
- commisération
- pitié

dureté
n. f.
d1./d Qualité de ce qui est dur, difficile à entamer. La dureté du diamant, d'une viande.
d2./d Manque de douceur. Dureté d'un visage, d'une voix.
d3./d Caractère de ce qui est difficile à supporter, pénible. La dureté d'un climat. La dureté d'une séparation.
d4./d Raideur, défaut d'harmonie. La dureté des contours, du style.
d5./d Insensibilité, sévérité. Dureté d'un chef envers ses subordonnés.
d6./d Dureté de l'eau, sa teneur en calcium et en magnésium.

⇒DURETÉ, subst. fém.
Caractère, état de ce qui est dur.
A.— [En parlant d'attributs de choses]
1. Propriété de ce qui est dur, résistant au toucher, à la pression, au choc, à l'usure. Dureté du diamant, du fer, du verre; degré de dureté d'une matière, d'un métal. Quasi-synon. consistance, résistance, solidité; anton. mollesse, tendreté. Le messager tomba mort, malgré la dureté proverbiale du crâne des Égyptiens (GAUTIER, Rom. momie, 1858, p. 285). Il se dressa, (...) sondant de ses poings la dureté des murs (DIERX, Poèmes, 1864, p. 62) :
1. Ils [les palais] sont bâtis, comme tous les édifices de Caceres, d'un granit jaune brûlé, très dur et très résistant. C'est à cette dureté de la pierre autant qu'à la mentalité des constructeurs qu'on doit la grande simplicité des ornements...
T'SERSTEVENS, L'Itinéraire espagnol, 1963, p. 192.
P. métaph. :
2. La pureté, la dureté du texte [Polyeucte] ne se laisse entamer en rien. Elle ne se laisse pas ronger d'un grain, dissoudre d'un grain. La ligne est aussi pure, la pierre est aussi nette, aussi dure, aussi exacte; aussi dure sous l'ongle...
PÉGUY, Victor-Marie, comte Hugo, 1910, p. 795.
Spécialement
a) Aspect dur, éclat minéral, résistant d'une pierre précieuse. En Amérique, le ciel est pur et vide et la mer ressemble à une pierre précieuse par sa dureté et son éclat (GREEN, Journal, 1945, p. 228) :
3. ... un instant après les petits vitraux en losange avaient pris la transparence profonde, l'infrangible dureté de saphirs qui eussent été juxtaposés sur quelque immense pectoral, mais derrière lesquels on sentait plus aimé que toutes ces richesses, un sourire momentané de soleil...
PROUST, Du côté de chez Swann, 1913, p. 60.
b) [En parlant des muscles] Fermeté. Enfant, il se distinguait déjà par la dureté et la souplesse de ses muscles autant que par la vivacité de son intelligence (VERNE, 500 millions, 1879, p. 21).
c) PATHOL. Tumeur durcie.
d) PHYS. Propriété d'un corps de résister à la compression, à l'écrasement, notamment à la production d'une empreinte par pression, à la rayure par un autre. Échelle de dureté Shore (pour les matières plastiques), de Mohr (UV.-CHAPMAN 1956 et NOËL 1968).
2. Caractère de ce qui manque
a) de tendreté (à propos d'un aliment, notamment d'une viande). Des individus qui se plaignaient de la dureté de ses tranches de rosbif (CHAMPFL., Avent. Mlle Mariette, 1853, p. 89).
b) de souplesse. Synon. rigidité. Une dureté cassante de plis (ZOLA, Œuvre, 1886, p. 242).
c) de douceur au contact. Dureté de poils, de barbe. Malgré la dureté que l'âge avait imprimée à la peau de son visage presque jaune et ridé, le vieillard rougit excessivement (BALZAC, Mme de la Chanterie, 1844, p. 268).
P. anal. Dureté d'une eau. Teneur d'une eau en ions calcium et magnésium, la rendant impropre à mousser au savon et à cuire certains aliments.
d) de confort, de moelleux. Dureté d'un lit. La dureté des banquettes (...) envahit le wagon (MARTIN DU G., J. Barois, 1913, p. 429).
Spéc., MAR. Dureté de la mer. État d'une mer forte, agitée. La mer était courte, clapoteuse, et d'une dureté effroyable (GAUTIER, Tra los montes, 1843, p. 346).
3. [En parlant d'attributs de choses concr.] Caractère de ce qui est pénible à faire ou à supporter, de ce qui demande un effort physique ou intellectuel. Dureté d'un chemin, d'une côte. Synon. difficulté. Elles savaient la dureté épuisante du voyage, et celles d'entre elles qui se poseraient de fatigue sur les flaques d'eau (MONTHERL., Célibataires, 1934, p. 905). La dureté de la pente à gravir dans la montagne (SAINT-EXUP., Citad., 1944, p. 797).
4. Caractère de ce qui blesse par sa rudesse les organes des sens, qui provoque une sensation, une impression désagréable. Synon. rudesse, anton. douceur.
a) [En parlant du climat] Synon. rigueur, rudesse; anton. douceur, clémence. Des peuplades presque sauvages, que la dureté de leur climat éloigne des douceurs d'une civilisation perfectionnée (CONDORCET, Esq. tabl. hist., 1794, p. 208) :
4. Pour comprendre que dix degrés de froid font à Stockholm un temps très doux, il faudrait commencer par sentir la dureté habituelle du climat; il faudrait sentir la dureté des mœurs antiques.
STENDHAL, Hist. de la peinture en Italie, t. 2, 1817, p. 108.
Au plur. Manifestations concrètes, actives, de la rigueur du climat. Synon. rigueurs. Toujours l'engainer [le fusil de chasse] quand il le transportait au grand air, afin de ne pas trop l'exposer aux duretés des intempéries (GUÈVREMONT, Survenant, 1945, p. 74).
Dureté du vent. Âpreté, violence. Un coude du Nil affaiblissait pour nous la dureté de ce vent incessant (DU CAMP, Nil, 1854, p. 210).
b) [Par rapport à l'ouïe] Manque de douceur, d'harmonie. Dureté d'un son, de la voix, d'un accord. Avec les duretés ou les aspirations haletantes de la langue arabe, entre hommes du peuple, on a toujours l'air de se vomir des torrents d'injures (LOTI, Au Maroc, 1889, p. 10) :
5. Sa superbe voix [de Mme Fodor] a quelquefois un peu de dureté (école française), et la dureté n'est pas tout à fait hors de place dans le chant d'une fille aussi résolue.
STENDHAL, Vie de Rossini, 1823, p. 243.
P. ext. [Dans le domaine artistique ou littér.] Défaut de douceur, de grâce, d'harmonie. Dureté de style. Des critiques ont condamné le style prétentieux de Pindare; d'autres la dureté qui règne dans celui d'Eschyle (KOCK, Âne M. Martin, 1862, p. 65).
c) [Par rapport à la vue] Rudesse. Dureté d'une couleur, d'une lumière. Certains éclairages de la nuit ont des duretés très-nettes : la mer était de l'acier, les falaises étaient de l'ébène (HUGO, Homme qui rit, t. 1, 1869, p. 50). Sous la dureté des ombres et des lumières qui lui travaillaient le visage, il avait l'air vieux et robuste (FRANCE, Lys rouge, 1894, p. 251) :
6. ... c'est le coloriste le plus inharmonique qui soit. Il [Delacroix] a (...) des bleus à la dureté du bleu de Presse (...) et ces éclairages de parties de nus avec des hachures de blanc pur, sont, je l'ai déjà dit, tout ce qu'il y a de plus insupportable, de plus cruel pour l'œil.
GONCOURT, Journal, 1885, p. 435.
P. ext.
♦ [En parlant du visage, de la physionomie] Dureté des traits, du visage. Anton. douceur, grâce, harmonie. Une rivale aurait peut-être accusé de dureté d'épais sourcils qui paraissaient se rejoindre (BALZAC, Peau chagr., 1831, p. 119).
♦ [Dans le domaine des arts plastiques, en dessin, en peint.] Dureté de lignes d'un dessin. Le prince Gabrielli (...) brunit les duretés d'une eau-forte (GONCOURT, Journal, 1867, p. 374).
5. Caractère de ce qui est pénible à supporter, physiquement et/ou moralement. Synon. cruauté, rigueur, sévérité.
Rem. Le plur. marque les manifestations concr. de ce caractère (choses pénibles).
En partic.
a) Vx. Austérité. Aux instants de son instruction religieuse, inventive de petites peines journalières, elle [Sabine] souhaitait toutes les duretés du Carmel (NOAILLES, Nouv. espér., 1903, p. 16).
b) Sévérité excessive. Dureté d'une loi, d'un châtiment. Il ne faut pas croire que l'on proteste contre la dureté de la discipline, ou contre la durée du service militaire (SOREL, Réflex. violence, 1908, p. 162).
c) Rigueur, caractère de ce qui est pénible, voire douloureux. La dureté de ses premières années lui a rendu la vie plus douce (DELILLE, Œuvres compl., t. 1, Discours sur l'Éduc., 1766, p. LXVII). Au plur. Événements rudes, pénibles. Les duretés de la carrière militaire lui avaient appris la hiérarchie sociale et l'obéissance au sort (BALZAC, Début vie, 1842, p. 487).
Dureté des temps.
Difficulté à vivre, cherté de la vie (cf. les temps sont durs, difficiles). Je me plaignais de la dureté du temps et du renchérissement des denrées (PICARD, Avent. E. de Senneville, 1813, p. 299). Ils dépensent énormément (...) puis ils se plaignent de la dureté des temps (BALZAC, Cous. Bette, 1846, p. 65).
Situation malheureuse. La dureté des temps est telle que nous imaginons mal (...) qu'il en pût être d'aussi tragiques en aucun autre moment de l'Histoire (GIDE, Feuillets d'automne, 1949, p. 313).
B.— [En parlant d'attributs de pers.]
1. [En parlant d'une qualité physique] Rare. Dureté physique, dureté de cuir. Très grande résistance physique (à la fatigue, au mal, etc.). Napoléon voyageait la plupart du temps, dans le désert, sur un dromadaire. La dureté physique de cet animal fait qu'on ne s'occupe nullement de ses besoins, il mange et boit à peine (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 135).
Rem. Sens non signalé ds les dict. excepté DUB.; ce dernier précise que c'est le seul sens qui n'ait pas son corrélatif à l'adj. dur.
Dureté d'oreille. Difficulté d'entendre, début de surdité.
2. [En parlant d'un défaut moral, d'un caractère, d'une disposition d'esprit] Manque de sensibilité, de bonté ou de douceur; caractère, comportement dur, brutal. Dureté de qqn pour, envers, à l'égard de qqn; traiter, repousser qqn avec dureté; parler, répondre avec dureté. Synon. insensibilité, sécheresse, inhumanité; brutalité, rudesse; anton. aménité, bonté, bienveillance, charité, cœur, cordialité, douceur; humanité, indulgence, sensibilité, tendresse. La religion modifie la dureté des contacts sociaux (BALZAC, Méd. camp., 1833, p. 159). Ses accès de dureté et puis ses retours de gentillesse (BARRÈS, Cahiers, t. 7, 1909, p. 320) :
7. Quant à Poil de Carotte, il est spécialement chargé d'achever les pièces [de gibier] blessées. Il doit ce privilège à la dureté bien connue de son cœur sec.
RENARD, Poil de Carotte, 1894, p. 5.
Loc. verbale. Avoir la dureté de + inf. Avoir l'audace, la cruauté, l'indélicatesse de. Il avait la dureté de louer son bordeaux en ma présence (TAINE, Notes Paris, 1867, p. 338).
Dureté de + subst. Dureté de caractère. L'esprit dur est un marteau qui ne sait que briser. La dureté d'esprit n'est pas quelquefois moins funeste et moins odieuse que la dureté de cœur (JOUBERT, Pensées, t. 1, 1824, p. 172).
Spéc. [La dureté dans ses manifestations extérieures] Dureté (de + subst.). Dureté de l'expression, du ton, de la voix, du visage; dureté d'une parole, d'un reproche. Cette sérénité naturelle, cette disposition conciliante, ce regard sans brusquerie ni dureté (MARTIN DU G., Thib., Sorell., 1928, p. 1215).
P. méton., littér., vx (surtout au plur.). Actes, attitudes, paroles blessantes, ou d'une rudesse excessive, qui expriment la dureté de cœur ou de caractère. Dire, répondre des duretés à qqn. Synon. méchancetés, vacheries (pop.). J'ai remarqué vingt fois dans les salons qu'on dit aux femmes des duretés ou des indélicatesses en riant (TAINE, Notes Paris, 1867, p. 225). Tenez, Francelin, je suis bonne fille, moi, et je ne vous garde pas rancune de vos duretés; faisons la paix (THEURIET, Mariage Gérard, 1875, p. 108) :
8. Mon père se chargea du sort de son frère, quoiqu'il eût contracté, par l'habitude de souffrir, une rigueur de caractère qu'il conserva toute sa vie; le non ignara mali n'est pas toujours vrai : le malheur a ses duretés comme ses tendresses.
CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 1, 1848, p. 25.
P. ext. [La dureté exprimée dans une œuvre hum.; sentiment littér., style] J'ouvre au hasard un volume des Lettres de Mme de Sévigné. Quelle dureté! Nulle trace de la sensiblerie qui s'étalera un siècle plus tard (MAURIAC, Bloc-notes, 1958, p. 103).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1200 durtés « malheurs, souffrances, vexations » (RAIMBERT DE PARIS, Ogier le Danois, 8766 ds T.-L.); 2. XVIe s. la dureté de ceste rude parole (AMYOT, Cicéron, 25 ds LITTRÉ); 3. 1580 « qualité d'une chose dure » (MONTAIGNE, Essais, II, XII, ds ROB.). B. Ca 1223 durté « inhumanité, insensibilité » (GAUTIER DE COINCY, Mir. N. D., éd. F. Kœnig, 1 Mir. 10, 1414). Dér. de dur; suff. -eté. Fréq. abs. littér. :979. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 1 395, b) 1 278; XXe s. : a) 1 265, b) 1 527. Bbg. GOHIN 1903, p. 343.

dureté [dyʀte] n. f.
ÉTYM. XIVe; durtés, XIIIe, « malheurs, souffrances »; de dur.
Caractère de ce qui est dur.
A
1 Propriété de ce qui résiste à la pression, au toucher; de ce qui ne se laisse pas entamer facilement ( Dur I., A., 1.). || La dureté du verre, du fer. || Dureté du marbre, du stuc (→ Plâtre, cit. 3). || Le diamant est d'une dureté très grande : il raye tous les minéraux sans être rayé par eux. || Un métal, un alliage d'une grande dureté.Dureté d'un muscle. || Dureté du ventre. || Degré de dureté d'une substance. Consistance. || Dureté d'un morceau de viande. || Dureté du pain rassis.La dureté d'un lit, d'un sommier, d'un matelas. || Dureté de la barbe. || Dureté d'une brosse. Rigidité.
1 Celui qui a des crevasses aux doigts, ou qui les a gourds, trouverait une pareille dureté au bois ou au fer qu'il manie, que fait un autre.
Montaigne, Essais, II, XII, p. 267.
2 La dureté de la barbe s'allie à l'idée de force.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. II, VI, p. 70.
Phys. Résistance à la production d'une empreinte par pression d'un objet de nature différente. || Échelle de dureté de Mohs (10 degrés).
Fig. || Dureté de l'eau : qualité de l'eau qui renferme certains sels (sulfate de calcium, chlorure de magnésium…) et ne produit pas de mousse avec le savon. → Titre (III., 2.) hydrotimétrique. || Dureté temporaire (bicarbonates), permanente (sulfates), dureté totale.
2 (→ Dur, I., A., 3.). ☑ Loc. Dureté d'oreille : défaut de sensibilité de l'oreille, commencement de surdité.
3 Caractère pénible à supporter (→ Dur, I., A., 5.).
a Défaut de douceur. || La dureté d'un climat. Inclémence, rigueur, rudesse (→ Blesser, cit. 15). || La dureté d'un son, d'une voix. || Dureté d'un accord. Fausseté; faux. || Dureté des traits du visage. || Dureté du contour, du tracé d'un dessin, et, par ext., dureté de crayon. || Dureté d'un style littéraire.
3 Pour adoucir en moi cette âpre dureté
Des climats où mon sort en naissant m'a jeté.
Voltaire, l'Orphelin de la Chine, IV, 4.
b Caractère de ce qui est pénible à supporter. || La dureté des temps. || Dureté d'une condition. || Excessive dureté d'un châtiment. Sévérité.Au plur. Choses, événements pénibles.
4 D'ensemble, c'est une vie hideuse que celle-ci (…) toutes les duretés de la fortune, les injures du malheur (…)
André Suarès, Trois hommes, « Dostoïevski », I, p. 208.
B (→ Dur, I., B.).
1 (Personnes). Manque de sensibilité, de cœur; de douceur; caractère ou comportement dur. Insensibilité, sécheresse (→ Acier, cit. 4). || La dureté d'un père pour ses fils. || Traiter qqn avec dureté. Malmener, maltraiter, rudoyer. || On ne réussit guère avec une telle dureté (→ prov. On ne prend pas les mouches avec du vinaigre). || Repousser qqn avec dureté. Brutalité (cit. 2), rudesse. || Répondre avec dureté. Durement. || Auriez-vous la dureté de lui refuser votre aide ? ( Cœur, courage, cruauté).
5 L'expérience confirme que la mollesse ou l'indulgence pour soi et la dureté pour les autres n'est qu'un seul et même vice.
La Bruyère, les Caractères, IV, 49.
6 Il était rebuté par la dureté, la sécheresse, l'égoïsme de ces âmes d'intellectuels (…)
R. Rolland, Jean-Christophe, Dans la maison, II, p. 993.
7 Elle avait beau paraître impérieuse, effrayer son mari par sa dureté, elle était faible, plus faible que ceux à qui elle en imposait tant.
J. Green, Léviathan, II, II, p. 145.
Par ext. || Dureté d'âme, de cœur. Caractère (d'un acte, d'une attitude) qui témoigne de la dureté d'une personne. || Dureté du regard, de l'expression. || La dureté d'une réponse, d'un reproche.
8 (…) la dureté de votre âme, qui, par ses continuels dédains, ne me promet pas poires molles.
Molière, la Comtesse d'Escarbagnas, 4.
9 (…) des yeux enfoncés, d'un vert sombre, dont la dureté, chaque fois, surprenait (…)
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. III, II, p. 26.
2 Vx. Une, des duretés. Action, parole pleine de dureté. Méchanceté. || Dire des duretés à qqn.
10 J'admire l'aigreur de Monsieur le Coadjuteur : par où méritez-vous ces duretés ?
Mme de Sévigné, 1112, 27 déc. 1688.
11 Je tombe des nues quand vous m'écrivez que je vous ai dit des duretés (…)
Voltaire, Lettre au roi de Prusse, 128, in Littré.
12 La bonté nous entraîne à des devoirs trop lourds (…) De là, ces révoltes subites, ces vengeances qui déconcertent, ces duretés qui ne sont pas dans notre nature.
J. Chardonne, l'Amour du prochain, VI, p. 129.
CONTR. Flaccidité, mollesse. — Clémence, douceur, harmonie, souplesse. — Aménité, attendrissement, charité, cœur, commisération, compassion, gentillesse, indulgence, sensibilité, tendresse.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Durete — Dureté Il existe différentes définitions de la dureté : pour un solide (minéral ou métal) et pour l eau. Sommaire 1 Dureté d un solide 1.1 Dureté d un minéral 1.2 Dureté d un métal …   Wikipédia en Français

  • dureté — DURETÉ. s. f. Fermeté, solidité, ce qui fait qu une chose est difficile à pénétrer, à entamer. La dureté du fer. La dureté du marbre. f♛/b] On le dit quelquefois simplement par opposition à ce qui est tendre, mou. La dureté de la viande. La… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • dureté — Dureté. s. f. Fermeté, solidité, Ce qui fait qu une chose est difficile à penetrer, à entamer. La dureté du fer. la dureté du marbre. On le dit quelquefois simplement par opposition à ce qui est Tendre, mol. La dureté de la viande. la dureté d un …   Dictionnaire de l'Académie française

  • dureté — Dureté, Duritas, Duritia, Durities. Dureté de coeur, Immisericordia. Une dureté qui sort de l arbre, comme une bosse, ou semblable à un neud, Tuber …   Thresor de la langue françoyse

  • dureté — (du re té) s. f. 1°   Propriété qu ont les corps solides de résister à ce qui tend à en entamer la substance. La dureté du fer.    Défaut de mollesse, de la qualité tendre. La dureté de ce morceau de boeuf. La dureté d un lit. 2°   Terme de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • DURETÉ — s. f. Qualité de ce qui est dur, ferme, solide, difficile à entamer, à pénétrer. La dureté du fer. La dureté du marbre.   Il se dit quelquefois simplement par opposition à La qualité de ce qui est tendre, mou. La dureté de la viande. La dureté d… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Dureté — La dureté est une qualité physique indiquant la résistance au toucher, à la pression, au choc et à l usure[1] ; elle caractérise le minéral, le métal, l eau et les aliments. Par métaphore, elle qualifie un trait de caractère s opposant à la… …   Wikipédia en Français

  • DURETÉ — n. f. Qualité de ce qui est dur. La dureté du fer. La dureté du marbre. Il se dit quelquefois simplement par opposition à la Qualité agréable de ce qui est tendre, mou. La dureté de ce lit est effrayante, affreuse. Dureté d’oreille, Difficulté… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • dureté — kietis statusas T sritis Standartizacija ir metrologija apibrėžtis Dydis, išreiškiantis medžiagos priešinimąsi kito kūno įsiskverbimui arba paviršiaus ardymui sąlytiniu būdu. Yra Brinelio (Brinell), Rokvelo (Rockwell), Vikerso (Vickers) ir… …   Penkiakalbis aiškinamasis metrologijos terminų žodynas

  • dureté — kietumas statusas T sritis Standartizacija ir metrologija apibrėžtis Kietojo kūno priešinimasis įbrėžimui arba įspaudimui. atitikmenys: angl. hardness vok. Härte, f rus. твердость, f pranc. dureté, f …   Penkiakalbis aiškinamasis metrologijos terminų žodynas